Harcèlement sexuel, leftsplaining vs rightsplaining

(12/04/2013 by Artémise)

Ces derniers, jours, j’ai été vivement interpellée, c’est le moins qu’on puisse dire, par la lecture d’un article rédigé par la blogueuse Tanxx au sujet d’une émission d’Envoyé Spécial portant sur le harcèlement de rue. L’auteur y clame son indignation, avec force révolte et conviction, face à ce qu’elle interprète sans hésiter comme étant de la propagande raciste (voir même, tant qu’on y est, anti-pauvres/anti-chômeurs) ; le seul but des concepteurs du documentaire et des producteurs de l’émission étant apparemment de distiller sournoisement leurs idées puantes-et-stigmatisantes-de-Droite dont le public Français-bien-de-chez-nous adore, comme chacun sait, se repaître goulûment quand il n’est pas en train de manger des bébés ou de casser du PD. Bon déjà là je commençais à me dire qu’il y avait anguille idéologique dans la choucroute verbeuse, puis j’ai suivi le lien intégré à l’article histoire de regarder la vidéo en question et de me faire une idée du traitement du sujet. Suite à cela, j’en ai conclu que deux points me gênaient particulièrement dans son article : l’insinuation fielleuse et pas vraiment étayée (grosso merdo, on aurait pris soin de ne filmer (voir même pourquoi pas de les provoquer pour ça) que des « racisés » et on aurait soigneusement évité (voir même coupé au montage) les autres. Hum…) ainsi que l’empressement à plaquer sa grille de lecture pré-établie sur ce sujet précis, sous couvert d’une objectivité dont son bord idéologique a l’air d’être l’unique détenteur. Et peu importe que cela ait comme conséquence de silenciser, au moins partiellement, des victimes, à partir du moment où on dit que c’est raciste c’est raciste point barre, prière de respecter l’omerta et circulez y’a rien à voir (rien à montrer plutôt).

Harceleur Blanc se déguisant sournoisement en Arabe pour brouiller les pistes

Harceleur Blanc se déguisant sournoisement en Arabe pour brouiller les pistes

J’avais ressenti le même genre de malaise quand, l’été dernier, la vidéo de Sofie Peters a été diffusée sur internet. Je venais juste de me ré-installer dans une grande ville, pas tout à fait Paris mais non loin d’elle dans le top cinq des villes françaises, après avoir passé deux ans dans une sous-préfecture de province. J’y redécouvrais très précisément ce qui était montré dans le documentaire de l’étudiante Belge, et le vivais avec d’autant plus de violence que j’avais eu le temps de me déshabituer de l’effet produit par un tel traitement quand on le subit quotidiennement dans l’espace public.

Bien plus que le documentaire, ce sont surtout les diverses réactions des internautes qui m’ont profondément outrée (quelques exemples pris au hasard). J’ai rapidement compris que l’essentiel des commentateurs formaient deux camps aux positions à la fois irréconciliables et dont l’inanité m’a parut évidente. A ma Gauche, les Grands Vertueux pourfendeurs du racisme qui ne souhaitent en aucun cas que l’ethnie et la position sociale des agresseurs ne soient relevées par crainte d’une stigmatisation des Arabo-Musulmans ; à ma Droite, les Défenseurs de la Patrie Outragée, d’authentiques racistes quasi-essentialistes qui instrumentalisent la cause Féministe pour transmettre leur message. Deux groupes pour lesquels le documentaire, et donc le sujet du harcèlement de rue, n’était finalement qu’un prétexte à l’affrontement et à la propagande. Si j’avais mis mon grain de sel, je n’aurais pas pu dire qu’effectivement, mes harceleurs de rue appartenaient à une catégorie de population précise : j’aurais subi un leftsplaining en règle et de bonnes grosses injures au passage. De même, si j’avais signalé que j’avais été confronté au harcèlement sexuel dans d’autres contextes, et par d’autres types d’individus, les rightsplainers m’auraient reproché d’exagérer et de vouloir détourner l’attention des « vrais problèmes ». Dans les deux cas mon témoignage aurait été invalidé et ce faisant on m’aurait rappelé promptement que, comble de l’ironie, ce qui était important n’était pas comment ni par qui ni pourquoi je me faisais harceler (ni même le problème du harcèlement tout court en fait) mais plutôt de choisir son camp selon les priorités imposées de part et d’autre : protéger des opprimés d’une dangereuse stigmatisation perpétuellement à l’affût, ou bien défendre mère patrie des invasions de hordes barbares. 

tumblr_md10jokYLp1rhpkbto2_500

C’est à la première catégorie qu’on peut rattacher Tanxxx, dont le texte comporte à mon sens deux lacunes. Primo, le récit de ses propres anecdotes de harcèlement est incomplet. On ignore si le mobile de ses harceleurs était sexuel, ou bien s’il avait trait à une hostilité de principe de fils de bourgeois conformistes envers les individus qui revendiquent leur « déviance » (selon le regard de l’agresseur) à travers un style capillaire et/ou vestimentaire excentrique. Secundo, il est pratiquement impossible de filmer d’autres types de harcèlement sexuel que celui pratiqué dans la rue, le métro, etc, bref l’espace public. Comment filmer un flagrant délit en milieu professionnel ? Ce n’est pas que ce soit vraiment irréalisable mais bon, déjà bien plus compliqué c’est certain (et pas avant tout parce qu’il s’agit de mettre à mal des mâles-Blancs-riches) et ensuite, potentiellement lourd de conséquences pour les personnes qui accepteraient de collaborer. De plus le choix des lieux du reportage m’a paru impartial : rues du centre de Paris (où, je le précise, une population fort diverse et variée circule), une cité, témoignages de jeunes filles d’un lycée en zone « clean » située non loin de la citée en question, gare du nord, métro pour les frotti-frotteurs.

Elle évoque cependant un phénomène totalement occulté par les rightsplainers : les Arabo-Musulmans tendance « wesh-wesh » ne sont pas les seuls à harceler les femmes. Le phénomène du harcèlement transcende les catégories ethniques et socio-professionnelles. Il prend différentes formes en fonction des contextes, et si l’on veut y remédier, apporter des réponses adaptées, il faut établir une typologie qui colle un maximum au réel et sans a priori idéologique. Ce n’est hélas pas l’option retenue par cet organisme. Les récits y obéissent à une trame identique : telle femme est harcelée par un ou des hommes, point barre. Approche qui confine à l’absurdité : c’est un peu comme si, après le meurtre de Brahim Bouaram en 1995 , on avait commenté l’affaire ainsi : « Un jeune homme a été poussé dans la Seine par deux autres hommes ».

Le harcèlement sexuel transcende AUSSI la barrière des espèces

Le harcèlement sexuel transcende AUSSI la barrière des espèces

C’est pourquoi j’ai eu l’idée de proposer aux lecteurs de ce blog une série de textes dans lesquels je m’attellerai du mieux que je pourrai à traiter du sujet du harcèlement sexuel. De celui perpétré majoritairement par des hommes, disons par certains types d’hommes sur à peu près n’importe quelles femmes, mais plus précisément dans le cadre de différents lieux et contextes, selon toutes les différences de modus operandi et de conséquences que cela implique : au travail, en boîte de nuit (bars, établissements « festifs »), dans les transports en communs et enfin dans la rue. Vous remarquerez que j’ai omis le harcèlement dans un cadre privé, entre ex-conjoints par exemple, c’est un choix délibéré visant une certaine cohérence entre les textes ainsi qu’une longueur raisonnable pour ceux-ci (non pas que je vous accuse d’être fainéants mais il paraît que vous décrochez à partir d’un nombre de lignes assez précis).

________________________________________________________________

Intéressé-e par le soutien d’un projet littéraire abolitionniste ?

Cet article, publié dans Chose publique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Harcèlement sexuel, leftsplaining vs rightsplaining

  1. lili dit :

    Oui! je me fais plus harceler dans la rue par les jeunes de culture maghrébine et par les « ouvriers » du btp parce que c’est dans la rue et dans le rer que je les croise. Ce n’est pas là que je vais croiser mon directeur blanc et bourgeois qui lui me harcèlera sur « son » terrain.

  2. l'elfe dit :

    Je comprend pas trop ton raisonnement. A quoi sert de préciser l’origine ethnique des agresseurs puisqu’on est d’accord pour dire que tous les harceleurs et agresseurs ne sont pas de la même origine ethnique? De plus, on peut invoquer des facteurs socio-économiques pour expliquer pourquoi les immigrés pauvres harcèlent dans la rue (s’il s’avère objectivement qu’ils le font effectivement davantage), sans pour autant tomber dans le classisme car tout ça peut s’expliquer par des contextes objectifs qui encouragent ces comportements. En revanche, l’explication « classique », c’est-à-dire raciste, se contente d’attribuer le comportement d’un harceleur magrébin à ses origines magrébines ou bien à sa culture musulmane, ce qui est complètement idiot à mon avis. On nie le contexte social français comme s’il n’existait pas, or ces gens sont français, sont nés et vivent en france. Il y a un racisme rampant qui prend de plus en plus d’ampleur en France, franchement si j’étais arabe je serais pas tranquille, mais pas tranquille du tout. Je suis pas « de gauche », je suis juste antiraciste, ce qui n’est pas facile car je suis blanche (quoique j’ai déjà subi de l’antisémitisme, mais ça ne m’arrive pas à chaque coin de rue vu que c’est pas écrit sur mon front) mais bon en ayant un peu de bon sens on voit bien qu’il y a du racisme, et pas qu’un peu. De plus, c’est évident que le racisme détourne totalement le peu d’intérêt qu’on arrive à susciter pour les luttes féministes, et les dirige quasi exclusivement sur les vilains immigrés, ces sauvages sanguinaires même pas civilisés qui respectent même pas les femmes contrairement à nous les bons français (avec cette asso totalement instrumentalisée qu’est Ni Putes Ni Soumises, même le nom me débecte: je suis abolitionniste, mais pas anti-putes).

    C’est bien pratique car chez NPNS on revendique pas grand chose à part avoir le droit de se balader en jupe, habillée « en fille » dans les « cités » sans se faire embêter par les vilains sauvages. Mais celle qui revendique de s’habiller en ce-qu’elle-veut sans se faire emmerder par son patron macho, on s’en fout, c’est une féminazi hystérique.

    Bref, il faut quand même pas nier que le racisme influence totalement les luttes féministes et d’une façon bien sur très néfaste.

    • spermufle dit :

      Il me paraît important de décrire le réel avec le plus de précision possible, et tant pis pour la « stigmatisation » (ce terme me sort par les naseaux). L’article de Tannxxx dont il est question plus haut a été lu par plusieurs amies (suite à la consultation de cet article), et toutes ont indiqué qu’elle était violemment à côté de ses pompes, ce qu’elle décrit ne correspond en aucun cas à ce qu’elles vivent au quotidien. Si tel comportement est plus répandu dans une catégorie de population, il ne me paraît pas « raciste » de le signaler pour l’étudier (est-il raciste par exemple d’affirmer que le tourisme sexuel en Asie est principalement l’affaire des Occidentaux ? Je ne crois pas). Ce qui serait « raciste » serait de considérer que chaque membre de ce groupe en est un agent représentatif et de réduire son prochain à un stéréotype.

  3. l'elfe dit :

    Ce que j’ai oublié de dire aussi c’est qu’on dit « je me fais harceler par des personnes de culture magrébine » comme lili ci-dessus, or, il faut faire attention à ce que l’on dit, car il s’agit souvent d’ « immigrés de 2ème ou 3ème génération » (mais jusqu’où cela ira-t-il??? ils seront toujours immigrés dans 50 générations?) et oui ils ont une culture magrébine mais pas que, je veux dire que le contexte socio-culturel dans lequel ils évoluent, c’est en France. Ce sont des gens qui héritent d’une culture magrébine mais qui sont nés et élevés en France et on peut pas dire qu’ils sont « d’une culture magrébine », c’est pas vraiment exact. Il faut tenir compte d’un tas de choses notamment de la façon dont la France ghettoïse les immigrés (Delphy parle même de « castes »).

    • lili dit :

      Je n’ai pas dit « immigré » mais de culture. Cela n’a rien d’insultant, pourquoi vouloir nier les origines, l’histoire des personnes? Quand un couple français appelle son enfant français d’un prénom asiatique, arabe, turc, ils portent une culture. La nationalité et la culture ne sont pas la même chose, on est habitué à vouloir acculturer sous couvert d’universalisme en France (tyrannie de la culture dominante plutôt).
      Les français d’origine maghrébine ont été les derniers à arriver (regroupement familial en 74). Avant les HLM (construit à partir des années 50 pour les ouvriers français pour vider les taudis parisiens), ont connu successivement donc des « bon » français, puis une vague italienne-espagnol-portugaise. Et il y a eu exactement le même phénomène des villes qu’ont a pu observer dans les villes américaines (bande des plus pauvres des anglo-saxons, puis gang juif, irlandais, italiens, afro-américains, porto-ricains, et maintenant sud-américains), c’est à dire une énorme violence qui s’exerçait contre les femmes. Les viols dans les caves, les coups de couteaux pour l »honneur » étaient bien plus nombreux à l’époque des « bons » français et des immigrés du sud de l’Europe. Ces derniers ont connu les trente glorieuses et beaucoup de racisme, ils ont pu « partir » petit à petit des cités, alors que les derniers immigrés sont coincés avec l’éternelle crise, et avec notre histoire et l’économie des pays maghrébins, le gros de l’immigration continue de venir de ces pays. Ce n’est pas un jugement mais un fait.
      Donc certes c’est toujours la dernière plus grande communauté qui trinque qui ne peut pas développer à leur échelle une bonne cohésion d’entraide (au contraire des yougo, turcs, chinois, indien, paki et le contraire dans les pays où ils forment la plus grosse communauté), ceci explique cela mais POURQUOI ce sont toujours les femmes qui trinquent au final? Pourquoi les pauvres choupinous qui subissent des violences symboliques doivent-ils se venger sur la dernière caste symbolique, les femmes? Il y a le syndrome « nos femmes ». Attention ce que je vais dire paraitra terriblement raciste pour des français quand c’est un sujet de thèse courant aux USA : un homme des minorités affiche sa rébellion en agressant symboliquement plus les femmes de la « majorité » (quand les hommes de la « majorité » agresseront symboliquement et physiquement plus les femmes des minorités qui ne « comptent » pas) et affiche sa réussite avec un mariage avec une femme de la « majorité ». Obama avait été particulièrement apprécié d’être marié avec une noire de couleur foncée quand les afro-américains qui ont réussi brillamment s’affichent le plus souvent avec des blondes (ils ont des stats à l’appui, c’est assez édifiant).
      S’arrêter à leur statut de « pauvres » ne suffit pas. Ce n’est pas moi qui lie leur culture avec leur comportement mais eux on me dit c’est « la tradition », « la religion », « la culture » que ce soient sur la bible, la torah, le coran. Ceux de la rue se base sur la Coran en ce moment (bien que les « pauvres » garçons des pays de l’Est bien chrétiens commencent à faire une percée dans le harcèlement des filles et les coups de couteaux pour l’honneur) , donc oui je pense qu’on doit lutter différemment selon les origines et la culture, parce que je ne peux pas donner les mêmes arguments « universalistes » à un d’origine français depuis 4 générations (qui me répondra que je suis une tarée féministe cause de la déliquescence de la France) et un d’origine maghrébine (qui me répondra que c’est sa culture et que je suis raciste).
      Oui certes je suis d’accord que nos bons vieux gros machos de l’élite en profite pour dire c’est eux et pas nous, mais je répondrais la même chose que quand on me parle des « povs » afghanes, c’est extrêmement usant d’être harcelée quotidiennement en tant que blonde dans le rer et pas de bol pour les d’origine maghrébines comme ils sont la majorité c’est sur eux qu’il faut plus réfléchir pour désamorcer une culture machiste en ce qui concerne le harcèlement de rue.

  4. Artémise dit :

    « De plus, on peut invoquer des facteurs socio-économiques pour expliquer pourquoi les immigrés pauvres harcèlent dans la rue (s’il s’avère objectivement qu’ils le font effectivement davantage), sans pour autant tomber dans le classisme car tout ça peut s’expliquer par des contextes objectifs qui encouragent ces comportements »
    « Ce sont des gens qui héritent d’une culture magrébine mais qui sont nés et élevés en France et on peut pas dire qu’ils sont « d’une culture magrébine », c’est pas vraiment exact. Il faut tenir compte d’un tas de choses notamment de la façon dont la France ghettoïse les immigrés »
    C’est exactement le but de cette série d’article, décrire avec le plus de précision possible les profils-types des harceleurs, les contextes et les méthodes. Et cela sera appliqué à toutes les sortes de harcèlements sexuels (quand DSK s’en prend à des femmes en situation de faiblesse vis à vis de lui, c’est bien de tenir compte de tous les paramètres pour comprendre exactement de quoi il s’agit non ?). Je ne compte épargner aucun type d’agresseurs ni aucun facteur, aucune culture, aucune origine sociale en particulier. Et je me permettrai même de prononcer un terrible gros mot raciste et stigmatisant: je vais parler, entre autre, des conditions de vie dans les cités.

    « En revanche, l’explication « classique », c’est-à-dire raciste, se contente d’attribuer le comportement d’un harceleur magrébin à ses origines magrébines ou bien à sa culture musulmane, ce qui est complètement idiot à mon avis. »
    Hum, non, je ne suis pas assez subtile ni assez motivée par ma haine viscérale des étrangers pour prendre la peine de me taper tout le boulot que je suis en train de réaliser sur ces articles juste pour dire que le harcèlement est propre à une (et une seule !) culture/religion et point barre.

    Cependant je ne vois aucune raison valable de ne pas prendre en compte l’influence de ces dernières (en plus des autres facteurs) alors que leurs influences sont patentes dans la plupart des comportements. Mon comportement est influencé par ma culture, le tien aussi. Et je n’ai jamais dit qu’une culture d’origine aura forcément et dans tous les cas une influence, cependant il faut admettre que toutes nationalités confondu il arrive qu’on s’identifie (spontanément ou par l’éducation) à notre culture d’origine, celle de nos parents etc. Et ça, franchement, je m’en fous un peu et si tu veux vraiment mon avis je trouve ça juste anodin, sauf quand cette identification inclue parfois un comportement agressif, intrusif et flippant vis à vis d’un groupe bien précis, en l’occurrence des femmes.

    J’ai du mal à comprendre ta réaction. Je pense que cette introduction, et c’est justement juste une introduction et non pas le produit en lui-même avec tous les détails et les développements du sujet (mais pourtant le propos est précis), du dossier est assez clair, il ne s’agit pas de martyriser tel ou tel groupe en se basant sur des à priori mais de prendre en compte des faits, des études et des témoignages.
    Où ai-je bien pu dire « tous les arabes sont ceci cela » « tous les musulmans sont comme ci comme ça » ?

    Bref, attendons la suite avant de nous emballer sur des suspicions allant jusqu’à me faire douter, et avec moi mon larousse, de la définition même du racisme,

    • l'elfe dit :

      La réponse de lili ci-dessus, réponse qui elle, est clairement raciste à mon avis, répondra à ta question. Si je suis aussi soupçonneuse, c’est qu’il y a un climat de racisme évident à l’encontre des magrébins. Entre tes explications et ce que dit lili (les méchants harceleurs étrangers qui s’appuient sur le coran pour harceler les femmes, heu?), il y a un fossé, mais on le franchit un peu trop facilement de nos jours. En plus, en tant que féministe, je pense qu’il serait tout à fait déplacé d’analyser les choses en fonction des rapports de genre hiérarchique, en omettant les rapports de classe/castes/races tout aussi hiérarchiques, et qui régissent nos existence de la même façon. Un homme racisé peut se comporter avec une femme de façon machiste, et une femme blanche peut se comporter avec un (ou une) racisé-e de façon raciste… Un de ces cas de figure n’est pas pire ni meilleur que l’autre. J’ai essayé de résumer un peu les mécanismes sociaux qui entrent en jeu dans la configuration « femme se fait emmerder par des arabes dans la rue » parce qu’à mon avis c’est essentiel d’avoir un point de vue d’ensemble sur l’intersectionnalité des formes d’oppression qui s’exercent sur les individus, de prendre du recul sur tout ça. Sinon on tombe très facilement dans des analyses biaisées, racistes ou sexistes ou autres.

      • spermufle dit :

        Mmh après concertation avec Artémise (dont l’accès au net est momentanément interrompu), nous avons beau nous creuser la tête, nous ne voyons pas bien où réside le supposé racisme de Lili. En outre, nous avons un peu de mal à te comprendre : d’un côté, tu écris qu’il faut prendre tous les paramètres en considération, et de l’autre tu refuses qu’on examine l’aspect « culturel » du harcèlement de rue – s’agissant exclusivement des « racisés » toutefois. Lili parle du Coran (de même que la Bible), après lecture j’ai pas eu l’impression qu’il s’agissait de bouquins rédigés en 1977 par un Social-Démocrate Suédois progressiste et anti-sexiste.

        Je comprends ta crainte que des Lepénistes puissent pervertir le message et le reprendre à leur compte, mais personnellement, je m’en bats les roustapanos. Ce serait pas la première fois que l’Extrême-Droite reprend à son compte des concepts qui lui sont a priori étrangers (laïcité par ex), et je n’ai aucune envie de leur en céder le monopole. D’ailleurs une approche de type « protection de principe des racisés » (CAD le leftsplaining dont il est question dans l’article) contribue à la Droitisation des esprits de femmes confrontées au harcèlement de rue, je l’ai en tous cas maintes fois observé. Il me paraît très imprudent de leur dire « bon OK vous êtes victimes, vous avez observé certains phénomènes, mais voilà comment vous devez les interpréter sinon vous n’êtes que des racistes ».

        • lyly dit :

          Merci spermufle d’avoir mieux exprimée ce que je voulais dire. L’elfe relis mon commentaire, quand est-ce que je parle que des méchants musulmans, seuls à harceler à cause du Coran? J’ai bien précisée que statistiquement, il y avait même moins de violence à notre époque qu’avant. Je remets juste dans son contexte une communauté en ce moment qui ne fait que répéter les schémas de leurs prédécesseurs concernant les plus pauvres d’entre eux pour communiquer. Ton universalisme est sympathique mais ça fait pas avancer le sujet. J’ai un exemple frappant : l’un des pires conflits dans les immeubles, c’est le sujet de l’étendage du linge sur les balcons et fenêtres. C’est une source terrifiante de conflit. Sur quoi ça se base le fait qu’il y en a qu’ils le font et d’autres non? on en sait rien, on observe juste des tendances les pays du Nord ne le font pas et l’interdisent dans les règlements de copropriété, alors qu’en Espagne même dans les immeubles de standing, les étendoirs sont déjà prévus par les constructeurs. Aux Etats-unis, il y a même un homme qui a tué son voisin qui osait mettre un étendoir sur sa pelouse, et franchement j’ai déjà vu des bastons où s’il y avait eu des flingues les grands-mères se seraient toutes entretuées. Chacun pense être dans son droit, qu’un se fasse imposer un code par l’autre, même s’il a tort, c’est une violence psychologique, on ne peut pas décréter comme ça, « tu changes un point c’est tout si tu comprends pas pourquoi tanpis ».

  5. Georges dit :

    Moi je suis complètement d’accord avec vous Artémise. Ils sont nuls tout ces gens qui harcèlent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s