Indignez-vous ! (ou pas)

(08/02/2012 by Spemufle)

Grosse guignolade ces jours-ci dans la classe politique française. Le 4 février 2012, le Ministre de l’Intérieur Claude Guéant a prononcé un discours très contesté lors d’un colloque de l’UNI (syndicat étudiant classé à Droite). Les termes qui ont choqué sont les suivants : « Contrairement à ce que dit l’idéologie relativiste de gauche, pour nous, toutes les civilisations ne se valent pas. Celles qui défendent l’humanité nous paraissent plus avancées que celles qui la nient. Or il y a des comportements qui n’ont pas leur place dans notre pays, non pas parce qu’ils sont étrangers, mais parce que nous ne les jugeons pas pas conformes à notre vision du monde, à celle en particulier, de la dignité de la femme et de l’homme« . Trois jours plus tard, sur le plateau de l’émission La Matinale, Guéant précise sa pensée : « Je lui réponds que pour moi, ce qui est en cause, c’est la religion musulmane« .

 

De toute évidence, ces propos saugrenus dans la bouche d’un Garde des Sceaux font partie d’une stratégie électoraliste. Pas la peine d’avoir fait l’ENA et d’être issu de la promotion Thomas More pour comprendre que Guéant courtise les électeurs lepénistes. Il n’en est d’ailleurs pas à sa première incartade (voir ici et ) ; autant dire qu’il déshonore la fonction ministérielle en se comportant comme un soldat de l’appareil UMPiste plutôt que comme un Homme d’Etat. La Gauche unanime (y compris le provocateur consensuel Stéphane Guillon) a réagi avec véhémence, outrée que l’on puisse hiérarchser les civilisations, y voyant la signature du racisme. Le cirque médiatico-politique habituel, en somme, reposant sur une polémique superflue (d’autres problèmes sont nettement plus pressants) dont le seul mérite est de recréer artificiellement un clivage Gauche-Droite qui tend à s’estomper sur les questions économiques. Cette querelle de postures a franchi un cran supplémentaire dans le grotesque l’après-midi du 7 février, lorsqu’à l’Assemblée Nationale, le PS a confié la parole à l’ambitieux député Serge Letchimy. Tel un zeurelesplusombriste ahuri des forums d’actualité, l’élu martiniquais a vu dans le discours de Guéant les germes d’une pensée Nazie. Réaction immédiate et théâtrale du Gouvernement, lequel quitte l’hémicycle sur-le-champ, évènement qui ne s’était plus produit depuis l’affaire Dreyfus, autrement plus importante que cette polémique insignifiante.

A mon sens, la Gauche s’est fourvoyée en répliquant ainsi à Guéant. Un citoyen n’est pas un anthropologue neutre. L’exercice de la citoyenneté implique de choisir entre plusieurs options sociétales et politiques, auxquelles il attribue une valeur, et qu’il finit donc par hiérarchiser. Lorsqu’on compare deux éléments, quelle qu’en soit la nature, toute différence produit nécessairement une inégalité. Pour ce qui est des civilisations, chacune possède ses propres caractéristiques ; ça signifie que pour un critère donné, des civilisations sont plus avancées que d’autres. Si l’on retient le critère d’évolution technologique, alors une civilisation qui emmène des hommes sur la Lune est effectivement plus avancée qu’une autre qui ne s’est même pas dotée de sa propre industrie automobile. De même, on peut parfaitement affirmer qu’il existe des civilisations plus avancées que d’autres en matière de respect de l’environnement, ou de solidarité inter-générationnelle. L’été 2003, où les vieux furent décimés par la canicule, vit d’ailleurs fleurir les comparaisons défavorables à l’Occident. Nombreux sont ceux qui louèrent les civilisations africaines, jugées à l’aune de l’esprit d’entraide bien supérieures aux civilisations occidentales (les termes de barbarie et d’inhumanité ont souvent été prononcés pour caractériser ces dernières). En somme, on ne se prive jamais d’effectuer des comparaisons inter-civilisationnelles lorsqu’il s’agit de brocarder l’Occident ; mais quiconque établit une hiérarchie en faveur des occidentaux est aussitôt classé parmi les Nazis potentiels.

Pourtant, quel autre principe qu’une hiérarchisation des valeurs sous-tend la dénonciation la lapidation d’une femme en Iranla restriction des droits des femmes en Algérie, ou encore les crimes d’honneur au Pakistan ? Dans ce cas de figure, tel Claude Guéant, on fait preuve d’ethnocentrisme, pour juger et condamner telle pratique culturelle en fonction de nos repères moraux. Il y a donc une espèce de tartufferie, et même d’indécence, à évoquer le nazisme à propos du Ministre de l’Intérieur. De même, beaucoup à Gauche estiment que la social-démocratie de type scandinave est plus avancée que la Grande-Bretagne, eu égard à sa plus grande redistribution sociale. Cela signifie-t-il qu’elle tient les britanniques dans leur ensemble pour des êtres inférieurs ou barbares, qu’il faut mépriser, dominer, voire exterminer ? Certainement pas, ici l’on juge une coutume ou une position intellectuelle, pas un groupe d’individus dont on décréterait que leurs opinions relèvent d’une nature indépassable. Evidemment, parmi ceux qui hiéarchisent en faveur de l’Occident se cachent d’indécrottables suprémacistes Blancs, des essentialistes incapables de distanciation identitaire et qui s’érigent n’importe qui en agent représentatif de sa civilisation. Mais les paroles de Guéant ne le rattachent pas forcément à cette catégorie de population. On est dans l’outrance, le procès d’intention, la politique-spectacle la plus grotesque où la posture et les sentences grandiloquentes se substituent au débat de fond.

Il existait mille façons de répliquer aux propos de Guéant. La Gauche a choisi la méthode tripes-indignation vertueuse, probablement autant pour se lustrer l’ego à peu de frais qu’à des fins électoralistes (capter les sufrages des citoyens musulmans). Elle pouvait par exemple insister davantage sur le caractère superflu d’un tel discours, qui est digne d’un trublion et non pas du Ministre garant du maintien de l’ordre (ce qu’à ma connaissance seul François Hollande a fait) ; elle pouvait souligner l’imprécision lexicale de Guéant, qui évoque tantôt une civilisation, tantôt une religion en particulier ; elle pouvait évoquer l’hétérogénéité de la condition féminine en terre d’Islam ou remettre en question la pertinence du concept de civilisation en tant que bloc cohérent fondé sur la religion ; elle pouvait aussi rappeler que la Droite se vautrait elle aussi dans la compromission clientéliste avec les religieux les plus réactionnaires. La Gauche a malheureusement choisi la facilité et la démagogie, d’où cette pitoyable comédie à l’Assemblée Nationale qui discrédite la classe politique dans son ensemble.

Cet article, publié dans Chose publique, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s