Le Printemps des Minous

(02/02/2012 by Mol)

Je souhaiterais aujourd’hui rendre hommage à une blogueuse qui me tient particulièrement à cœur et dont la plume a ébloui tous ceux qui un jour ont croisé son chemin. Sensible et féminine, délicate et cultivée, analytique et littéraire, Daria Marx nous parle de notre temps à travers des productions imagées et personnelles. Je veux lui rendre ici même un hommage modeste mais vibrant, qui j’espère suscitera l’envie chez tous ceux qui ne connaissent pas encore ce formidable auteur contemporain d’aller jeter un œil gourmand à son blog.

Histoire de la grosse chatte à travers les âges, par O. Mol.

Dans l’immensité des expériences que nous offre cette grosse bâtarde de vie, à travers les divers enculages qui ont émaillé notre existence, déboires sentimentaux, boulimies intempestives, déterminismes psychopathologiques, papier toilette troué, il y a quand même quelque chose qu’on ne nous enlèvera pas, quelque chose qui n’appartient qu’à nous : c’est le moment ineffable où tu t’aperçois que ton amante a une grosse chatte.

Attention, je ne parle pas de la chatte un peu large ou un peu relâchée, celle qu’on croise régulièrement dans le rayon laitues des supermarchés. Non, je parle de la grosse chatte, celle qui ressemble au gouffre de Padirac, la cavité dont tu vois même pas le fond si tu mets ta tête dedans. Le conduit tout-à-l’égout, aussi large que profond, le minou béant, la foune dilatée, l’open steack, bref la tuyauterie qui te donne envie de brandir ta clé à molette lorsque tu la découvres entre deux cuisses. Cuisses qui par un coup du sort, ce gros enculé, pourraient appartenir à une fille un peu laide, un peu obèse, qui puerait légèrement du gosier, pas franchement ton kiff. Mais parce que tu n’es pas très regardant et que tu as la dalle, tu vas te retrouver à la désaper du bout des doigts, sans trop regarder, jusqu’au point où tes mains fébriles atteindront leur graal : cette giga moule qui confère d’emblée à sa porteuse, appelons-la Gilberte, + 5 points dans l’échelle des grosses chattes.

Il convient bien sûr de préciser qu’une connasse avec une grosse chatte qui s’en servirait comme d’une pompe à merde nous aspirant le mille-feuille serait malvenue. A grosse foune, grosse responsabilité. Essayez donc de vous faire happer le dard par la grotte de Fontirou et revenez ici nous donner vos impressions. On ne pourra même pas prétendre s’adonner à un cunnilingus endiablé pour calmer les velléités de notre partenaire : les grosses lèvres du gros minou t’empêchent de respirer. Puisqu’il n’est pas possible de franchir le seuil charnu du baveux, l’on redécouvrira le grand oublié des ébats avec les vulves normales : le clitoris. Il nous semble de taille parfaite, car il correspond pile à la taille de notre cavité buccale.

Si la grosse chatte est inléchable et impénétrable pour le commun des mortels, elle reste une surprise de taille lorsqu’on la découvre dans le string d’une amie. C’est un peu comme trouver une capote usagée dans le caniveau, ou un kilo de crème glacée dans le frigo d’un inconnu : ça stimule l’imagination au plus haut point. Et quand ça t’arrive plusieurs fois de suite, c’est la Perfect Week : 7 jours, 7 maxi-moules, un seul challenge, en sortir sans MST et sans brûlure du gland. Dans l’euphorie de l’enchaînement, tu repenses avec nostalgie à toutes les chattes normales que tu as fourrées, tu sais que tu reviendras vers elles, mais comme un connard, tu préfères croire à la chance et tu achètes un extincteur d’incendie avec un sourire complice au chef de la caserne des pompiers.

Cet article, publié dans Frottement de gonades, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Le Printemps des Minous

  1. Ping : Violence pour tous | Un peu de Mollesse… Et beaucoup de Muflerie

  2. La Boom dit :

    Même si ça manque de globbish foireux, c’est un bel hommage 🙂

  3. Ping : Date in Asia | Un peu de Mollesse… Et beaucoup de Muflerie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s