Les Artistes

(29/01/2012 by Spermufle)

Au fil des années, ce medium prometteur qu’était l’Internet a été dévoyé par l’égocentrisme forcené qui caractérise notre époque. Le concept-même de communication a été perverti : l’échange distancié a vite cédé la place à la projection de son narcissisme à la face de son prochain. Relativisme aidant, nombreux sont les internautes qui s’imaginent transcender la médiocrité de leur existence en exhibant sur la toile un talent qu’ils estiment détenir, et qui utilisent principalement les théâtres d’expression suivants :

– les blogs, comme par exemple celui du fils de mon père qui n’est pas mon frère, qui permettent au premier clampin venu de se prendre pour un éditorialiste pertinent ;

– les forums de discussion, en particulier ceux en rapport avec les sites d’actualité, qui voient se chamailler des centaines de milliers de commentateurs politiques plus ou moins avisés ;

– les sites d’info participative, comme par exemple Agoravox ou feu Le Post, qui permettent au tout-venant de s’intituler journaliste ;

– les hébergeurs de books photo, comme celui-ci, qui ont engendré une myriade de modèles semi-pros (comprendre : un photographe-guignol leur paye une séance de temps à autres dans l’espoir de les baiser) ;

– Myspace, surinvesti par les musiciens du dimanche dans l’espoir d’imiter Lily Allen, qui s’est fait repérer par une major en utilisant cette plate-forme ;

– les éditeurs en ligne, version gratuite et 2.0 du compte d’auteur, qui voient des apprentis écrivains publier quotidiennement des nouvelles insignifiantes ;

– Picasa ou Flickr, pris d’assaut par les photographes qui y déversent leur abondante (et inégale) production.

La photographie est l’art qui semble le plus accessible au grand public : elle ne requiert pas un don « inné » (contrairement au dessin, au chant, ou dans une certaine mesure à l’écriture), en saisir les rudiments prend relativement peu de temps, et les moyens modernes (appareils numériques, photoshop) permettent de compenser les défaillances de la technique. Récemment, j’ai consacré trois quarts d’heure à passer d’un Flickr à l’autre, afin de détailler la production de nos aspirants-Doisneau. Je me suis senti consterné dans des proportions inégalables : j’y ai vu quantité de galeries stéréotypées, et des photos dégoulinantes de couleurs criardes, photoshopées à mort, avec une réflexion limitée sur la composition et le sens des images (on dirait vaguement des tableaux du temps jadis, de style réaliste ou naturaliste). Je n’ai pas non plus vu de cohérence dans les photos exposées, qui se résument à des collections hétéroclites de jolies images. Pour ce qui est des productions N&B, j’ai vu nombre d’exposants peu intéressants, laissant entendre qu’ils sont dotés d’un « coup d’oeil » (ah bon ?), qui semblent singer les pros en évoquant un matériel hyper-pointu, avec bien souvent des prétentions humoristiques (de parisien branchouille essentiellement) qui tombent à plat tant le contenu est prétentieux. Quelques-uns ont même délaissé le numérique au profit d’un argentique old school, dans une démarche dont le caractère underground-vaniteux est parfois odieusement palpable : même les pros ont migré vers le numérique, et ne recourent ponctuellement qu’à l’argentique – pour le N&B en particulier.

Ce n’est pas tant la médiocrité ou les lacunes des exposants qui m’ont heurté. Après tout, c’est une très bonne chose que chacun puisse cultiver une passion, qui ne doit pas être réservée à quelques connaisseurs bien dotés financièrement. De même, l’expression publique ou la publication d’infos ne doivent pas être confisquées par une poignée d’experts dûment certifiés. Chacun a droit de dire les conneries qui lui chantent (et j’en profite), ou bien produire des oeuvres de piètre qualité, d’autant que les critères de bon goût sont éminemment subjectifs. Non, ce qui me dérange quelque peu, c’est l’attitude de nombreux flickristes, à la fois grégaires et exsudant un orgueil dont les effluves sont difficilement camouflées.

J’ai été très étonné de lire peu de discussions techniques, voire de controverses, dans les fils de commentaires associés aux photos. Sur Flickr règne une convivialité dont rêve chaque webmaster ouvrant un site de libre expresssion. Les compliments jaillissent, sur des phrases d’une longueur rarement supérieure à quatre mots. La règle implicite est la suivante, un peu comme sur le principe des coms sur un skyblog : « tu t’extasies devant ma merveille, et en retour, je le fais pour la tienne ». Certain(e) vont jusqu’à mettre en favoris plus de 10 000 (!) photos afin d’attirer artificiellement l’attention sur leur production. Quelquefois, le gros mot est lâché : « great artist« . Chacun approuve, à commencer par les exposant(e)s qui boivent du petit lait et qui à aucun moment ne répondent aux flatteries avec humilité. Peu d’entre eux affirment ouvertement être des artistes, mais presque tous le laissent entendre, à différents degrés. Je songe notamment ceux qui se présentent au monde, non pas comme des individus ayant la photographie comme loisir, mais comme des individus dont le titre de photographe sert de porte-drapeau identitaire.

Ceci est d’autant plus regrettable que l’histoire de l’art est truffée de querelles fécondes pour la création, et sur Flickr je n’ai vu qu’une complaisance stérile et automatique (attitude qui n’est pas sans rappeler un conte d’AndersenLes Habits neufs de l’Empereur). En somme, ce qu’on produit ne présente qu’un intérêt annexe ; l’important est d’y croire, et surtout, de s’y croire. La posture prime clairement sur le fond. On n’a pas affaire à des artistes qui ont une vision singulière du monde, un message à transmettre, mais à des individus médiocrement banals qui utilisent ce medium comme support à une vulgaire affirmation de soi.

Certaines photos sont certes techniquement réussies, mais l’art n’est pas réductible à une dimension strictement esthétique. Il ne s’agit pas simplement de transmettre des émotions à travers une belle image : l’art constitue avant tout un langage. Ce langage, moyen de communiquer un concept, s’inscrit dans un contexte donné et implique de contribuer soi-même à son évolution en apportant quelque chose de neuf. De même qu’un type qui peint en 2012 à la manière de Rembrandt peut être un excellent artisan, mais n’est pas un artiste, un photographe qui produit des copies de Koudelka ou deThomas Hilly ne saurait lui non plus revendiquer cet attribut. Internet gomme la dichotomie entre les véritables artistes et les « artistes du dimanche ». Les premiers sont dans une démarche philosophique, et inscrivent leur travail dans l’Histoire (la grande) ; les seconds se contentent de produire de jolies images (mais pas forcément de jolies photos), et sont avant tout préoccupés par leur histoire personnelle (la petite).

Ceci dit, on trouve quelquefois d’authentiques artistes sur Internet, en particulier ce peintre. Quoi ? Ce mec est un imposteur ? Je vous défends de dire ça, dans une époque de relativisme absolu (et donc de ménagement des egos), je proclame que ma sensibilité artistique est tout aussi valable que la vôtre. Je m’en vais d’ailleurs l’exprimer dès demain en sculptant des personnages célèbres avec mes matières fécales, pour composer une allégorie de la pourriture du monde contemporain.

Addendum : j’ai vraiment du mal avec l’idée selon laquelle tout créateur serait nécessairement un artiste, peu importe sa démarche, a fortiori s’il est reconnu comme tel par un groupe d’individus. Le relativisme qui sous-tend cette conception n’est rien d’autre que le ménagement des susceptibilités de chacun. La traduction politique d’un tel principe donne une société atroce, où chacun est sommé de ménager l’autre et de censurer sous peine de sanctions : pas de blasphème, ni même de débat d’idées puisque tout le monde aurait un peu raison quelque part blabla…

Cet article, publié dans Divagations, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s