Biographie Mufle

Contact : spermufle@gmail.com

Les origines de Jean-Michel Spermufle sont obscures. D’aucuns font état d’une naissance en Argentine au début des années 80, d’une mère française bossue et d’un père argentin footballeur, tandis que d’autres avancent une extraction utérine vers la fin des années 60, dans un bunker désaffecté au sud de Berlin (ce qui expliquerait sa fascination ultérieure pour les grosses Allemandes – les BBW). Toujours est-il que le visage émacié et les boucles grisonnantes qu’arbore Spermufle rendent difficile toute appréciation de son âge réel. Les spécialistes en morphologie faciale estiment son âge compris entre 18 et 59 ans, avec une marge d’erreur de plus ou moins six mois.

Les observateurs notent qu’il est difficile de comprendre la vie et l’œuvre de Spermufle sans évoquer sa fixation précoce –mais qui ne s’est jamais démentie a posteriori- pour la poitrine féminine. Dès son plus jeune âge, il semblerait que Jean-Michel voue une adoration illimitée aux nichons de sa nourrice, qui se traduit par une palpation décaquotidienne de ses protubérances lactées. Lorsqu’il est brutalement sevré à l’âge de huit ans, il sombre dans une méditation épistémologique qui aboutira six mois plus tard à la rédaction de son premier traité d’ontologie  phénoménologique, « Critique du nichon maigre » (éditions P.O.L.). Ce premier essai aura un écho limité à une frange d’intellectuels parisiens et sera un échec commercial. A l’âge de 9 ans, Spermufle se mure dans le silence et ne sort de sa chambre que pour regarder des matches de football sur le téléviseur familial.

En 1997, à un âge situé entre 11 et 45 ans, il obtient par correspondance un baccalauréat littéraire mention pas terrible. C’est deux ans plus tard, lorsqu’il parvient à surmonter sa misanthropie proverbiale, qu’il sort pour la première fois de l’enceinte du Perreux-sur-Marne. Il décide de se mettre en quête d’une partenaire sexuelle, et pour cela, rejoint une société de découpages de journaux où il espère appéter quelque femelle en œstrus. Son magnétisme animal reçoit toutefois peu d’écho parmi les employées de la société, et l’évènement majeur de 2002 consiste en sa rencontre avec Octave Mol, son voisin de table, avec lequel il se met à échanger à brides abattues sur les sujets les plus variés (sexe, religion, sexe, jeux vidéos, sexe).

Octave invite Jean-Michel à découvrir son corps rue Saint-Denis, en compagnie d’une accoucheuse d’âmes africaine, Sofia (« Easy, easy ! » sera le principal enseignement que la sorcière vaudou lui délivrera). Galvanisé par les torrents de fluide séminal qui coulent dans ses veines, Spermufle décide de se lancer dans la politique. Il se syndicalise et intègre le CE de son entreprise, participe à des évènements internationaux tels que la fête de l’Humanité en compagnie de son ami Caniche, et noue des amitiés avec des agitateurs politiques africains tels que Mitterrand Koriko.

Mais soudainement lassé des agitations temporelles, Spermufle se retire une nouvelle fois en lui-même et entame un pèlerinage en Bretagne, où il décide de s’établir pour les deux années suivantes. C’est dans ce cadre idyllique, entouré de Bretons alcooliques et de champs de moules à ciel ouvert, que Spermufle conçoit puis rédige son grand oeuvre : « La Tentation du Lundi ». Cet ouvrage à la teneur cynico-tragique et au style résolument novateur est en cours de publication.

Cet article, publié dans Biographie Mufle, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s